Zoom sur l’agence de Vendargues

Partagez cette actualité
Partagez cette page sur Facebook Partagez cette page sur Twitter Partagez cette page sur Google+ Partagez cette page sur LinkedIn Partagez cette page sur Viadeo Partagez cette page par email
Equipe Imagimmo Vendargues

De gauche à droite : Frédéric Belly, Alexis Larmier, Nathalie Belly, Vanessa Bourlon et Xavier Jarjat.

Qui sont les membres du groupement IMAGIMMO ? Quelles sont leurs spécialités ? Leurs secteurs et segments de marché ? Autant de questions auxquelles nous avons voulu répondre en créant cette galerie de portraits. Au tour, cette fois, de l’agence de Vendargues.

Frédéric Belly, 50 ans, dont 27 passés au sein de l’agence de Vendargues. Il y est entré en 1990, en tant que négociateur. Il était seul en poste et l’agence n’était à l’époque qu’une antenne ouverte par l’agence de Pérols pour étendre son rayon d’action.

Avant de prendre ce poste, Frédéric Belly n’avait jamais travaillé dans l’immobilier. « Je venais de finir mon service militaire. André Bedussi et Gilbert Guin, les codirigeants de l’agence de Pérols, cherchaient à remplacer le négociateur qui travaillait pour eux à Vendargues. Je me suis présenté. Mon profil leur a plu et ils m’ont recruté. »

Le choix fut heureux. Quand Frédéric prit ses fonctions, l’antenne n’avait qu’un seul bien en gestion et un seul à la vente. Il s’est alors employé à développer le volume d’activités, en valorisant au maximum ce qu’il maîtrisait le mieux, à commencer par les règles de la construction. Frédéric avait toujours été attiré par les métiers du bâtiment. « J’ai monté mon premier mur à l’âge de 10 ans. Et puis, pour moi, la construction était un secteur proche de l’immobilier : dans les deux cas, on s’occupe de loger des gens », résume-t-il.

En tant que négociateur, cet atout lui fut bien utile : « Je sais évaluer un logement. Je repère rapidement ses qualités et ses défauts. Du coup, je peux proposer des solutions pour l’améliorer », et le rendre plus attractif sur le marché Petit à petit, à force de travail, Frédéric est parvenu à installer la notoriété de son antenne. Aussi, en 2010, quand André Bedussi et Gilbert Guin émirent le souhait de passer la main, Frédéric et son épouse Nathalie leur ont racheté l’antenne, pendant que, de son côté, Magali Guin reprenait celle de Pérols. Nathalie connaissait déjà le métier : avant de rejoindre son époux, elle s‘occupait de la gestion locative et de la comptabilité de l’agence IMAGIMMO Pérols. Voilà donc comment, sous leur impulsion à tous deux, l’antenne de Vendargues céda la place à une agence immobilière.

Spécialisée dans la transaction, la gestion locative et la location, elle emploie à présent cinq personnes. Avec leur assistante Vanessa Bourlon, Frédéric et Nathalie se concentrent sur la location et la gestion locative, Xavier Jarjat et Alexis Larmier, leurs deux autres collaborateurs, sur la transaction.

L’activité se porte bien. Au fil des ans, elle ne fait que progresser. Pour preuve, lors de la dernière réunion semestrielle des membres d’IMAGIMMO, Alexis Larmier a décroché le prix du meilleur chiffre de ventes réalisé au cours des six derniers mois par un négociateur du groupement. En 2017, pour la première fois depuis sa création, l’agence de Vendargues a, faut-il l’ajouter, commercialisé des appartements neufs, construits dans le cadre d’un dispositif de défiscalisation. « Nous avons vendu les dix logements qui nous ont été confiés », se félicite Frédéric. Ce qui a porté à 30 le nombre de transactions que son agence finalisera cette année.

Ses clients sont, pour la plupart, des familles en quête d’un logement pour s’y installer durablement. Le type de bien le plus vendu reste donc, pour l’agence, la villa T3 ou T4 flanquée d’un terrain de 300 m2 à 500 m2, un bien qui se négocie dans une fourchette de prix allant de 250 000 € à 300 000 €. Depuis peu, Frédéric voit également arriver une clientèle d’investisseurs.

Le marché immobilier de Vendargues profite en effet, comme d’autres en périphérie, du dynamisme montpelliérain. La commune continue de se peupler. Entre 1990 et 2014, elle a gagné près de 2 000 habitants, portant sa population à près de 6 200 personnes.

Vendargues est, il est vrai, plutôt bien servie. Elle dispose à la fois d’une connexion directe à l’autoroute A9, d’une route nationale, la 113, et du LIEN, la liaison inter-cantonale d’évitement nord de Montpellier. Ce bon maillage routier a très vite eu pour effet de voir s’installer dans son environnement immédiat des grandes surfaces alimentaires, d’équipement de la personne et de bricolage. Imprégnée de traditions bouvines et viticoles, Vendargues a toutefois su préserver son caractère villageois, sa vie sociale intense et un petit commerce actif.

Tous ces avantages, Frédéric et Nathalie pourraient vous en parler pendant des heures. Alors, ne vous privez pas d’aller les rencontrer ! Vous y découvrirez une agence imprégnée d’un véritable esprit de famille.

Partagez cette actualité
Partagez cette page sur Facebook Partagez cette page sur Twitter Partagez cette page sur Google+ Partagez cette page sur LinkedIn Partagez cette page sur Viadeo Partagez cette page par email

Ajouter un commentaire

Les commentaires publiés sur ce blog sont modérés à priori.